Le manque de sommeil a-t-il une influence sur le poids, la masse musculaire et les performances sportives? (partie 2/2)

[fb_button]

Dans l’article précédent, j’ai discuté du fait que dans notre société actuelle nous dormons de moins en moins et que cela a plusieurs conséquences à long terme sur notre santé. De plus en plus d’études lient le manque de sommeil à des problèmes de santé chroniques, au gain de poids et à un risque accru d’obésité, plus particulièrement chez les enfants et les femmes d’âge moyen. Notamment, en ayant un impact sur le comportement alimentaire. Ceci dit, le manque de sommeil pourrait-il aussi avoir des effets négatifs sur la prise de masse musculaire et les performances sportives?

b) Prise de masse

manque de sommeil
© artofphoto Depositphotos.com

Durant le sommeil, plusieurs processus physiologiques s’accomplissent tels que la régénération des cellules, des muscles et des tissus du foie, de même qu’une sécrétion plus élevée des hormones de croissance et de la testostérone. Récemment, il est devenu clair que la production de testostérone est dépendante du sommeil, atteignant généralement un pic pendant les trois (3) premières heures de sommeil ininterrompu et, du moins chez les jeunes hommes, coïncidant avec le moment de la première période de sommeil paradoxal (51). D’ailleurs, selon Gunning 2001, 95% de la production journalière de ces hormones survient durant le sommeil non-paradoxal, soit les phases 1 à 3 du sommeil lent (52). D’autres études confirment également l’effet de la privation de sommeil sur la diminution de la testostérone (53, 54, 55).

1-  Dans une première étude effectuée sur 1274 hommes âgés de plus de 65 ans, les chercheurs ont constaté une relation en U inversé entre le nombre d’heures de sommeil, la production de testostérone et la masse musculaire, avec une corrélation positive jusqu’à concurrence de 9,9 heures de sommeil (56).

2-  Dans une seconde étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) et effectuée à l’Université de Chicago, cette fois-ci auprès de 10 jeunes hommes minces et en bonne santé d’environ 24 ans, les effets du manque de sommeil sur les taux de testostérone ont été apparents après seulement une semaine. Les sujets qui avaient dormi moins de 5 heures par nuit avaient des niveaux de testostérone 10 à 15% inférieurs que lors de nuits complètes (57).

manque de sommeil
24-Hour Profiles of Serum Testosterone and Serum Cortisol According to Bedtime Condition. Effect of 1 Week of Sleep Restriction on Testosterone Levels in Young Healthy Men. JAMA. 2011;305(21):2173-2174.

Ces faibles taux de testostérone ont d’ailleurs une foule de conséquences négatives car celle-ci est essentielle au développement de la force, de la masse musculaire et de la densité osseuse. De plus, l’horaire ou le « timing » du sommeil pourrait être encore plus important que la longueur du sommeil lui-même dans la détermination des niveaux de testostérone (58). Car, bien que le premier 3-4 h de sommeil soit essentiel pour déterminer l’augmentation du taux de testostérone, tel que mentionné précédemment, une étude récente a démontré qu’un temps de sommeil limité à 4,5 h est associé à un niveau de testostérone matinal plus bas lorsque la perte de sommeil se déroule durant la première moitié de la nuit plutôt que la seconde (59). Cela confirme sans doute le fait que de se coucher plus tôt soit aussi associé à une production plus élevée de testostérone (60). D’ailleurs, ceci n’étant probablement pas contradictoire puisqu’il a été démontré que les niveaux de testostérone tendent à diminuer avec le rapprochement de l’heure d’éveil (61).

Composition corporelle

Le manque de sommeil peut aussi affecter la composition corporelle d’un athlète en modifiant la réponse post-exercice du système endocrinien. En effet, une réduction de la durée du sommeil est associée à une élévation du niveaux de cortisol sanguin et à une diminution de la libération de l’hormone de croissance, qui tous deux contribuent à la création d’un état catabolique (62).  En d’autres termes, le manque de sommeil chez les athlètes contribue à un bilan protéique négatif en réduisant les mécanismes de resynthèse protéique musculaire, et en stimulant ceux qui aboutissent à la dégradation musculaire. Les conséquences à moyen terme d’un manque de sommeil récurrent n’ont jamais encore été étudiées, mais il est fort probable que cela:

[list type= »check »]

  • Conduise à la perte de muscle et au gain de masse grasse. Une élévation du cortisol incite le corps à stocker plus de graisses et à utiliser d’autres tissus mous, comme les muscles, pour l’énergie.

[/list]

c) Performances sportives

manque de sommeil

Il est bien établi que le manque de sommeil a des effets négatifs sur les performances mentales, notamment sur le jugement, le temps de réaction, la prise de décisions, la motivation et la concentration en sport (réf. 63 à 72). Toutefois, ses effets sur les performances physiques sont ambigus. Tout d’abord, il semble que le sommeil n’ait aucun impact sur les efforts de type anaérobie et sur la force musculaire d’un individu (69, 73, 74, 75, 76). Au niveau de la performance aérobie, le manque de sommeil agirait principalement sur la perception et la tolérance à un effort intense et prolongé (réf. 77 à 82). Autrement dit, le manque de sommeil ne modifierait pas la capacité de travail maximale de l’athlète, mais il réduirait le temps de travail à l’épuisement d’environ 11% (83). De façon secondaire, le manque de sommeil pourrait aussi avoir un impact négatif sur la performance de par une certaine atteinte des voies aérobies (84). Notamment, en entraînant une légère hausse des fréquences cardiaques, de la ventilation et du ratio VE/VO2 dans les efforts sous-maximaux et maximaux (82, 83, 85). Le rapport VE/VO2 représente le nombre de litres d’air qu’il faut ventiler pour consommer un litre d’oxygène. Toutefois, il n’est pas clair à l’heure actuelle comment cette perception accrue de l’effort et cette modification des voies aérobies peuvent affecter à eux seuls les performances physiques des athlètes.

Récupération

Le manque de sommeil peut aussi avoir un effet délétère sur la récupération d’un athlète. Il altère les mécanismes de restauration en substrats énergétiques du muscle, comme le glycogène, qui sont nécessaires à l’exercice. Donc les réserves d’énergie. Ainsi, le manque de sommeil:

[list type= »check »]

  • Augmente le stress psychophysiologique associé à l’exercice et mène à une prolongation de la période nécessaire à la récupération post-exercice (86).

[/list]

Or, en préparation physique, la récupération et la regénération post-exercice d’un athlète sont aussi importants que le régime d’entraînement pour le processus adaptatif complexe d’amélioration des performances sportives. De ce fait, la fondation de la récupération et de la regénération est le repos, ayant principalement cours dans le sommeil. À cet égard, l’effet du sommeil sur les performances sportives est devenu ces dernières années un sujet de grand intérêt en raison de la masse croissante de preuves scientifiques ayant démontré une relation majeure entre les facteurs critiques du sommeil (la durée du sommeil, la qualité du sommeil et les rythmes circadiens du sommeil) et la performance humaine. En effet, ces trois paramètres du sommeil affectent la capacité d’un athlète à s’entraîner, à maximiser la réponse de l’entraînement et à récupérer. Avoir un bon sommeil permettra donc de réduire le risque de surentraînement et d’améliorer la récupération après un exercice physique intense. Il est donc indispensable en période d’entraînement intense ou de compétition de veiller à ce que les athlètes obtiennent suffisamment de sommeil.

Conclusion

En résumé, plusieurs connexions existent entre le sommeil, la gestion du poids, la prise de masse musculaire et les performances sportives. Le sommeil peut influencer le succès d’un objectif d’entraînement et devrait davantage être pris en considération dans les habitudes de vie d’un individu. Tout d’abord, les gens qui essaient de perdre du poids en réduisant leurs calories et en faisant de l’exercice pourraient trouver difficile de se sentir rassasié, d’ignorer les fringales pour des aliments malsains et de faire suffisamment d’exercice si elles manquent de sommeil. Ensuite, un adepte de musculation ne réunirait sans doute point les conditions nécessaires à son objectif de prise de masse et d’optimisation de la composition corporelle. Enfin, un athlète éprouverait une capacité à s’entraîner et à récupérer réduite, augmentant ainsi le risque de surentraînement et de blessures. Bref, malgré notre société obsédée par la performance, le sommeil ne devrait pas être négligé par manque de temps et constitue un changement d’habitudes relativement simple pour une vie saine en général.

manque de sommeil
© gustavofrazao Depositphotos.com

Articles d’intérêt

Sleep, recovery, and human performance: a comprehensive strategy for long-term athlete development. Canadian Sport for life, Charles H. Samuels, MD, CCFP, DABSM et Brent N. Alexander, M.Sc., Janvier 2013.

Sleep and sporting performance, ASPETAR Sports Medicine Journal, Yann Le Meur et Christophe Hausswirth.

Role of sleep in performance and recovery of athletes: a review article. Rachel E. Venter. South African Journal for Research in Sport, Physical Education and Recreation, 2012, 34(1) 167-184.

Références

51- Luboshitzky R, Zabari Z, Shen-Orr Z, Herer P, Lavie P. Disruption of the nocturnal testosterone rhythm by sleep fragmentation in normal men. J Clin Endocrinol Metab. 2001;86:1134–9. [PubMed]

52- Gunning, L. (2001). Enhancing recovery: Impact of sleep on performance. Sports Coach, 23(1): 33.

53- Schmid SM, Hallschmid M, Jauch-Chara K, Lehnert H, Schultes B. Sleep timing may modulate the effect of sleep loss on testosterone. Clin Endocrinol (Oxf) 2012;77:749–54. [PubMed]

54- Jauch-Chara K et al. Pituitary-gonadal and pituitary-thyroid axis hormone concentrations before and during a hypoglycemic clamp after sleep deprivation in healthy men. PloS One. 2013;8:e54209. [PMC free article] [PubMed]

55- Goh VH, Tong TY. Sleep, sex steroid hormones, sexual activities, and aging in Asian men. J Androl. 2010 Mar-Apr;31(2):131-7.

56- Auyeung TW et al. Sleep Duration and Disturbances Were Associated With Testosterone Level, Muscle Mass, and Muscle Strength–A Cross-Sectional Study in 1274 Older Men. J Am Med Dir Assoc. 2015 Jul 1;16(7):630.

57- Leproult R, Van Cauter E. Effect of 1 week of sleep restriction on testosterone levels in young healthy men. JAMA. 2011;305:2173–4. [PMC free article] [PubMed]

58- Randler C, Ebenhoh N, Fischer A, Hochel S, Schroff C, et al. Chronotype but not sleep length is related to salivary testosterone in young adult men. Psychoneuroendocrinology. 2012;37:1740–4. [PubMed]

59- Schmid SM, Hallschmid M, Jauch-Chara K, Lehnert H, Schultes B. Sleep timing may modulate the effect of sleep loss on testosterone. Clin Endocrinol (Oxf) 2012;77:749–54. [PubMed]

60- Auyeung TW, Kwok T. Sleep Duration and Disturbances Were Associated With Testosterone Level, Muscle Mass, and Muscle Strength–A Cross-Sectional Study in 1274 Older Men. J Am Med Dir Assoc. 2015 Jul 1;16(7):630.e1-6.

61- Axelsson J, Ingre M, Akerstedt T, Holmback U. Effects of acutely displaced sleep on testosterone. J Clin Endocrinol Metab. 2005;90:4530–5. [PubMed]

62- Obal F, Jr., Krueger JM. GHRH and sleep. Sleep medicine reviews. 2004 Oct;8(5):367-77.

63. Meney I et al. The effect of one night’s sleep deprivation on temperature, mood, and physical performance in subjects with different amounts of habitual physical activity. Chronobiology international. 1998 Jul;15(4):349-63.

64. Ikegami K, Ogyu S, Arakomo Y, Suzuki K, Mafune K, Hiro H, et al. Recovery of cognitive performance and fatigue after one night of sleep deprivation. Journal of occupational health. 2009;51(5):412-22.

65. Waterhouse J et al. The role of a short post-lunch nap in improving cognitive, motor, and sprint performance in participants with partial sleep deprivation. Journal of sports sciences. 2007 Dec;25(14):1557-66.

66. Harrison Y, Horne JA. The impact of sleep deprivation on decision making: a review. Journal of experimental psychology Applied. 2000 Sep;6(3):236-49.

67. Fullagar HH, Skorski S, Duffield R, Hammes D, Coutts AJ, Meyer T. Sleep and athletic performance: the effects of sleep loss on exercise performance, and physiological and cognitive responses to exercise. Sports Med. 2015 Feb;45(2):161-86.

68. Song, S. (2006). Sleeping your way to the top. Time, 167(30): 83.

69. Reilly T, Piercy M. The effect of partial sleep deprivation on weight-lifting performance. Ergonomics. 1994 Jan;37(1):107-15.

70. Mah CD, Mah KE, Kezirian EJ, Dement WC. The effects of sleep extension on the athletic performance of collegiate basketball players. Sleep. 2011 Jul 1;34(7):943-50.

71. Reyner LA, Horne JA. Sleep restriction and serving accuracy in performance tennis players, and effects of caffeine. Physiol Behav. 2013 Aug 15;120:93-6.

72. Hurdiel R, Van Dongen HP, Aron C, McCauley P, Jacolot L, Theunynck D. Sleep restriction and degraded reaction-time performance in Figaro solo sailing races. J Sports Sci. 2014;32(2):172-4.

73. Souissi N et al. Effects of one night’s sleep deprivation on anaerobic performance the following day. Eur J Appl Phys 89:359-66, 2003.

74. Mohamed HajSalem, Hamdi Chtourou, Asma Aloui, Omar Hammouda & Nizar Souissi. Effects of partial sleep deprivation at the end of the night on anaerobic performances in judokas. Biological Rythm Research Volume 44, Issue 5, pp. 815-821, 2013.

75. Souissi N, Sesboüé B, Gauthier A, Larue J, Davenne D. Effects of one night’s sleep deprivation on anaerobic performance the following day. Eur J Appl Physiol. 2003 May;89(3-4):359-66.

76. Blumert PA, Crum AJ, Ernsting M, Volek JS, Hollander DB, Haff EE, Haff GG. The acute effects of twenty-four hours of sleep loss on the performance of national-caliber male collegiate weightlifters. J Strength Cond Res. 2007 Nov;21(4):1146-54.

77. Oliver SJ, Costa RJ, Laing SJ, Bilzon JL, Walsh NP. One night of sleep deprivation decreases treadmill endurance performance. Eur J Appl Physiol. 2009 Sep;107(2):155-61.

78. Rodgers CD, Paterson DH, Cunningham DA, Noble EG, Pettigrew FP, Myles WS, Taylor AW. Sleep deprivation: effects on work capacity, self-paced walking, contractile properties and perceived exertion. Sleep. 1995 Jan;18(1):30-8.

79. Engle-Friedman M, Palencar V, Riela S. Sleep and effort in adolescent athletes. J Child Health Care. 2010 Jun;14(2):131-41.

80. Engle-Friedman M., Riela S., Golan R. et al. The effect of sleep loss on next day effort. J Sleep Res (2003) 12, 113–124.

81. Odle-Dusseau H.N., Bradley L.J. et al. Subjective perceptions of the effects of sustained performance under sleep-deprivation conditions. Chronobiology International, 27(2): 318–333, 2010.

82. Mougin F, Simon-Rigaud ML, Davenne D, Renaud A, Garnier A, Kantelip JP, Magnin P. Effects of sleep disturbances on subsequent physical performance. Eur J Appl Physiol Occup Physiol. 1991;63(2):77-82.

83. Martin BJ. Effect of sleep deprivation on tolerance of prolonged exercise. Eur J Appl Physiol Occup Physiol. 1981;47(4):345-54.

84. Mougin F, Davenne D, Simon-Rigaud ML, Renaud A, Garnier A, Magnin P. Disturbance of sports performance after partial sleep deprivation. C R Seances Soc Biol Fil. 1989;183(5):461-6.

85. Chen HI. Effects of 30-h sleep loss on cardiorespiratory functions at rest and in exercise. Med Sci Sports Exerc. 1991 Feb;23(2):193-8.

86. Skein M, Duffield R, Edge J, Short MJ, Mundel T. Intermittent-sprint performance and muscle glycogen after 30 h of sleep deprivation. Medicine and science in sports and exercise. 2011 Jul;43(7):1301-11.

87. VanHelder T, Radomski MW. Sleep deprivation and the effect on exercise performance. Sports medicine. 1989 Apr;7(4):235-47.

88. Victor H.-H. Goh, Terry Y.-Y. Tong. Sleep, Sex Steroid Hormones, Sexual Activities, and Aging in Asian Men. Journal of Andrology. Volume 31, Issue 2, pages 131–137, March-April 2010.

89. Sleep loss lowers testosterone in healthy young men. The University of Chicago Medecine, 31 mai 2011.

90. Gary Wittert. The relationship between sleep disorders and testosterone in men. Asian J Androl. 2014 Mar-Apr; 16(2): 262–265.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.